HIRAM ABI

 
Le Nom de Maître Hiram, on l'a déjà vu, est un nom composé à partir d'une racine de trois lettres : Heth, Resh et Mem.

Selon certains auteurs, le « Heth » initial se réfère à la Lumière du Soleil – « C’Hamah » A la lecture, le Nom du Maître, prononcé « Hiram Abif », c'est à dire « C'Huram Abiuh » offre une approche intéressante.

En effet, « Abiuh » peut provenir soit de la racine « AwaR »; Aleph Wav Resh qui signifie « pâlir », « devenir blanc », soit de « AraH » qui veut dire « feu intérieur » et donc, par extension, « être libre » ou, « né libre ».

Cette dernière signification ne manque pas de rappeler les termes rituels par lesquels celui qui peut être reçu maçon doit « être né libre et de bonnes mœurs ». Elle ne manque pas non plus d’interpellé ceux qui étudient les anciens rituels de passage dans lesquels il est parfois précisé que « le feu marche avec » celui qui doit être initié…

« HaRaM » est une autre forme de Hiram dont la signification est « consacrer » « sacrifier ».

Outre que l'on note la mutation du B en W comme c'est souvent le cas dans un grand nombre de langues ( notamment pour Saint Blaise, qui est « Blez » ou « Vlast » selon les régions ) et dont on retrouve les formes dans un certain nombre de termes utilisés dans les rituels maçonniques, dénaturés ou non en fonction des époques. Ces termes de « sacrifice » et de « libre » nous font naturellement penser sacrifice d'Isaac par AbRaHaM dont on notera au passage que le nom a été modifié par l’Eternel afin de présenter une structure rappelant celle d’HiRaM. Cette formulation est caractéristique du caractère déterministe du meurtre rituel.

HRM ABY est l'architecte du Roi de Tyr dont le « feu intérieur » est implicitement défini par son origine. La tribu de Nephtali est celle des forgerons ( 1R 7 ; 14 ) dont on sait qu’ils sont, de toutes traditions, ceux qui créent le Monde par leur Maîtrise des entrailles de la Terre. Que l'Homme soit fils d'une veuve nous le présente comme le dernier forgeron descendant hypothétique de Tubalcaïn qui en était le premier. HRM ABY est le dernier porteur des secrets de la Création. Bref, le dernier des descendants de Noé. C'est pourquoi le Roi homonyme l’envoya à Salomon afin de construire le Temple de l'Eternel ( 2Ch 2 ; 12 ) car il est bien évident que les descendants du créateur de l’Arche, porteur de la première alliance ne peuvent pas être étrangers à la construction de la demeure de pierre qui accueillera D.ieu.

Dans la phraséologie psychodramatique de la franc-maçonnerie, Hiram Abi est l’élément central des cérémonies du grade de Maître. Selon certains rites, il représente aussi la cohésion des symboliques de Hauts Grades.

Il est l’un des trois Grand Maître auxquels se réfèrent les Anciens Devoirs ( les deux autres étant Salomon et le Roi de Tyr aussi nommé Hiram ). Il trouva la mort sur le chantier du Temple avant son achèvement, assassiné par trois brutes, pour avoir refusé de leur livrer le Mot de Maître Maçon. Ce mot, qui ne pouvait être communiqué ou même prononcé ( selon les traditions ) seulement en présence des trois Grands Maîtres, se trouva alors perdu. Hiram Abi fut hâtivement et superficiellement enterré, à même le sol, dans un trou vivement recouvert et marqué d’un rameau d’acacia. C’est cette branche qui permit de retrouver la tombe. Les Maîtres convinrent que la première parole prononcée se substituerait au véritable mot… c’est cette Parole substituée qui servit à « relever » le Maître. Il fut alors décidé que ce mot remplacerait le premier jusqu’à ce que le Verbe d’origine soit retrouvé. On retrouve dans cette forme d’initiation, celles qui étaient couramment pratiquées dans les mystères anciens, de même que dans certaines pratiques de l’Inde relatives à l’ « œil du Monde » ou à la naissance du Soleil.


Les rituels correspondants à cette Mort-Resurrection étaient appelé, dans l’ancienne Egypte ; « La Porte de la Mort ». Dans les rituels maçonniques modernes, Osiris est remplacé par Hiram qui reste néanmoins très porteurs des mêmes significations solaires… Inventeur ou expert dans les arts, forgeron, bâtisseur, archétype de l’Homme Créateur et dont le nom même signifie « élevé », « grandeur ». Tuer Hiram et le faire renaître signifie que le Soleil perd sa force en Hiver pour revenir au Printemps... Le cycle des naissances peut alors reprendre… Un mot en remplace un autre, un souffle en remplace un autre… et le « sacrifice » est consommé… HRM AbiF est l’archétype de tous les sauveurs de l’humanité, de même, il est aussi celui de la continuité humaine et de son esprit créateur. Comme Odin, c’est le Dieu crucifié sur l’arbre du Monde ou endormi au cœur de ses racines.

Le drame des Maîtres Maçons constitue un lien indéniable avec les anciens mystères. Il reste à étudier plus avant un certain nombre d’éléments qui seraient complémentaires de notre étude actuelle.
  • La relation entre la triade séphyrothique supérieure et le socle quaternaire qui permet d’établir l’ Homme archétype sur la base du septénaire…
  • L’incarnation par le sacrifice
  • Le symbolisme ontologique du Temple de Salomon,
  • Les outils utilisé pour tuer HRM
  • Pourquoi les Chroniques présentent elles HRM comme un potier ? ( 2Chr 4:16), ce qui en relierait la légende avec celle de l’œuf primordial.

To be continued…


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog