Initiare...

Les scénarii d’initiation constituent un ensemble capital dans l’activité liturgique des sociétés archaïques. Il faut y distinguer deux catégories, en dépit des homologies importantes qu’on y décèle : les initiations des jeunes dans une structure de classe d’âge ; les initiations des sociétés secrètes qui dispensent une sacralité supérieure. Le mot initiation vient du latin : « initium », qui veut dire : « commencement » ou encore entrer dans un ordre nouveau. En grec : « telos », parle d'avantage du « terme », on regarde la fin pour se guider, accéder à une pleine perfection. Il y a donc l’idée d'un commencement et d'un aboutissement.

Ce peut être le début d'un état qui conduit l'homme à son aboutissement.

Plutarque faisait un jeu de mot grec entre : « telestai » et « teleustai » : « être initié » et « être mort ». Il soulignait ainsi l'idée de naître à travers la mort, la mort était vue comme rite de passage, de naissance.

Les rites d'initiations sont des rites de passages, il font vivre le franchissement des portes. L'enfant pour aller à l'école doit quitter sa maison si rassurante. Il quitte un univers pour en découvrir un autre.

L'initiation tribale, consiste à faire entrer les jeunes gens dans la catégorie des Adultes. Elle lui permet de devenir chasseur, guerrier, de se marier et de procréer. Elle intègre l’individu à la société en le responsabilisant. Il s’agit dans ce cas d’une Initiation profane davantage tournée vers la matérialité, et la survie du Clan ou de la Tribu....

L’Initiation religieuse : qui donne accès à des sociétés secrètes ou a des confréries religieuses. Par le passage du profane au sacré elle intègre l’individu dans le sacré et libre ses possibilités spirituelles.

L’Initiation magique : Permet d’abandonner sa condition humaine normale pour accéder à la possession de pouvoirs surnaturels. Pour cela, l’individu est séparé de la collectivité pour entrer en contact avec l’invisible où baigne notre monde. Initiation dangereuse tant pour le physique que le psychique par les méthodes employées

Il se pourrait que l'Église garde quelque chose des trois... l'ordination d'un évêque par un autre pourrait correspondre au rite individuel ; l'ordination d'un prêtre correspondrait au rite d'initiation par association... La confirmation se présenterait alors comme un rite tribal...

L’Initiation maçonnique veut : « EVEILLER L’HOMME QUI DORT », et l’amener de la vie matérielle à une vie spirituelle, qui précisons le, ne veut forcément pas dire religieuse. Pas plus que cela puisse signifier la nécessité d’entamer une psychanalyse,  sinon pour certains vieux maçons ou vieilles maçonnes qui ont souvent tendance à ce prendre pour des directeurs de conscience… « connais-toi toi-même », dit-on, et gardes toi de juger. Il est question d'accompagner...

Il est très important en franc-maçonnerie de séparer différentes notions qui peuvent influer sur la question initiatique. Notamment, la notion de Religion qui est la croyance soit en plusieurs Dieux (polythéisme), soit en un seul Dieu, (monothéisme), avec pour base une révélation divine, comportant des Églises, des dogmes, et une hiérarchie très structurée devra être bien identifiée  comme complémentaire à celle d'un Grand Architecte de l’Univers, symbole maçonnique, que le Maçon interprète selon ses convictions et sa sensibilité propre.

Et je ne parlerais pas de la grande précaution qui doit présider à l’usage du terme d’humilité faute de sombrer dans le travers des pontifs...




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog